Barbe-bleue Visions de Judith, 2010
vidéo 8'46 min créée à l'Opéra de Saint-Etienne pour Le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartók - mise en scène Laurent Fréchuret

L’histoire de Barbe-Bleue fait peur. Nous aimons cette peur car elle produit des impressions fortes liées au désir, à une noirceur scintillante, à une aventure secrète. Mais comment transformer en visions les sensations provoquées par le conte, comment allier la force d’évocation à l’irrationnel des pulsions ? Le château est le piège qui attend Judith. C'est également un objet symbolique aux arêtes taillées en diamant, une chose mentale où le haut et le bas se reflètent.
La sculpture Château (2010) est conçue comme un mobile diffractant la lumière et comme un objet capturant les corps qui s'en approchent. Animée par le désir de voir, Judith avance vers les projections kaléidoscopiques.


Château, 2010
H120xL80xP80 cm, bois, résine, moteur

"Avec Le Château de Barbe-Bleue – s’inspirant du conte de Charles Perrault - Béla Balazs propose à une femme (Judith) la dangereuse exploration des paysages intérieurs d’un homme (Barbe Bleue). En voulant faire toute la lumière sur la vie passé de son nouvel époux, en voulant ouvrir une à une chacune des sept portes du sombre château, Judith risque de détruire le mystère, de rompre le charme, et de transformer l’amour en nouvelle prison. Barbe bleue, porteur d’une souffrance cachée qui l’humanise, semblera un monstre étonnamment humain." Laurent Fréchuret