Si les Antiportraits tendent à faire s’exprimer par la parole l’existence de lieux invisibles que chacun habite à l’intérieur de soi, les Vues impressionnées bâtissent et mettent directement sous les yeux ces petits théâtres de l’imagination.
Plusieurs techniques sont employées et associées, dont la vidéo, la photographie, la sculpture. Cette combinaison a pour but d’amplifier l’illusion théâtrale en même temps que sa décomposition : le spectateur de ces objets, à la différence du spectateur de films et de pièces, n’est pas fixe, peut circuler autour des œuvres et en découvrir les rouages. On s’immisce ainsi dans le décor où s’opère la dramatisation de certains espaces emblématiques de l’histoire de l’art et des civilisations, telles que la montagne, la métropole, la caverne.